Pourquoi l’iPhone est toujours le meilleur smartphone

Posted on

Si vous êtes un fan d’Android, préparez-vous à être pris de spasmes à la lecture de cet article. Mon objectif n’est pas de faire l’apologie d’Apple car toute société est critiquable, mais plutôt de se concentrer seulement de manière exclusive sur l’iPhone et son écosystème. Nous allons voir, de manière principalement objective mais parfois subjective, ensemble dans cet article, pourquoi l’iPhone reste le meilleur téléphone actuellement disponible sur le marché, sans que cela soit réellement discutable si vous êtes un minimum informé et conscient des enjeux technologiques de notre siècle.

Un design léché et des matériaux de qualité

Comme je l’avais exposé dans un précédent article, Apple ne lésine pas sur le choix des matériaux employés dans la fabrication des iPhones. On pourrait ici parlementer sur les conditions parfois inhumaines dans lesquelles travaillent les employés des sous-traitants d’Apple mais il relève ici d’une réalité sociétale qui n’est pas l’objet de cet article, mais aussi pour deux autres raisons. De une, toutes les sociétés qui ont pignon sur rue dans le marché du smartphone font produire leurs pièces et font assembler leurs appareils dans des usines aux conditions identiques à celle d’Apple. Ensuite, aucune initiative de production hors Asie n’a survécu à la concurrence en raison de produits trop onéreux et souvent à des années lumières du niveau de qualité proposé par Apple ou Samsung, souvent en raison de choix technologiques moindres dans un but inatteignable de réduction des coûts, et donc du prix de vente exorbitant, sans pouvoir assurer un coût de revient suffisant.

Apple a été l’initiateur du mouvement des écrans finement incurvés et du dos en verre. Aujourd’hui, ces deux éléments sont devenus partie intégrante de tous les flagships que l’on peut voir sur le marché alors qu’il y a encore quelques années tout le monde pensait le verre trop fragile. Apple n’est pas en reste quant à ce constat du passé puisque ceux qui ont connu les premiers iPhone se souviennent également qu’une simple chute de quelques dizaines de centimètres suffisaient à fendre l’écran parfois sur plusieurs centimètres.

Apple a également connu d’autres mauvais épisodes notables : un iPhone 4 avec une antenne qui devenait faiblarde lorsqu’on le tenait en main, un iPhone 6 (et surtout son grand frère le 6 max) qui était pliable sans que ce soit réellement une fonctionnalité, une peinture peu résistante sur le iPhone 7, plus dernièrement une histoire plus fourbe de mauvais ajustement de la capacité de batterie, et bien d’autres. Néanmoins, Apple a toujours su réagir intelligemment que ce soit en termes de communication ou tout simplement en termes de service après vente.

Le meilleur service après-vente au monde

Et c’est certainement l’un de ses meilleurs atouts. Si vous avez déjà possédé plusieurs générations d’iPhone, vous avez sûrement déjà eu à faire au service après-vente d’Apple, que ce soit par téléphone, par email ou en physique en vous rendant dans un Apple Store.

J’ai eu des smartphones d’à peu près toutes les marques populaires dans le domaine et aucun autre service après-vente arrive à celui de la cheville de Apple. Le service après-vente est francophone, qualifié et compétent, et propose souvent une solution à la hauteur du problème et de l’investissement qu’il a représenté.

Je me souviens encore de ma tablette Asus qui avait parcouru 3 fois le tour de l’Europe en camion pour un défaut de fabrication reconnu, avant de me revenir encore plus abîmée que lorsque je l’avais envoyé, et je n’ai pas été le seul dans ce cas là. Et à côté de ça un iPhone ayant un défaut de fabrication sur une pièce complexe à réparer est souvent changé immédiatement pour un modèle neuf.

Le meilleur écosystème applicatif

J’ai toujours flashé tous mes smartphones. Mon D500, mon Motorola Razr, mon HTC Touch Diamond, puis toute la série des Samsung Galaxy que j’ai possédé, ils sont tous passés par la case flash pour débloquer certaines fonctionnalités ou en améliorer d’autres. Sur Android, on flash avant tout pour une raison : débloater le système d’exploitation. Lorsque l’on achète un smartphone d’un constructeur autre que Google, celui-ci s’accorde le droit d’éditer le code (Open Source) d’Android pour le moduler afin tout d’abord qu’il convienne à l’appareil sur lequel il sera installé mais également dans un second temps pour y ajouter… tout ce qui lui fait envie. On appelle ça la surcouche.

A cette première surcouche fabriquant vient parfois s’ajouter une surcouche opérateur si vous avez acheté votre smartphone Android chez SFR, Bouygues, Orange ou confrères. Vous vous retrouvez donc avec un smartphone neuf, d’apparence immaculé, mais dont le système d’exploitation souffre déjà du handicap d’un certain nombres d’applications dont vous n’aurez peut-être jamais l’utilité.

Ces applications peuvent dans de rares cas être utiles comme par exemple une application installée par votre opérateur qui permettrait de consulter les détails de votre forfait et modifier vos options mais encore une fois, le site Internet permet souvent de le faire avec le même confort. Dans d’autres cas, ces applications sont issues de partenariats avec certains éditeurs et il s’agit juste de publicités dissimulées, comme lorsque vous retrouvez sur votre smartphone un ensemble de jeux gratuits préinstallés qui vous proposent rapidement de saisir votre carte de crédit pour acheter des tickets vous permettant de débloquer des items de jeu ou de nouveaux niveaux.

Ces applications, installées sans votre consentement et sans que vous en soyez pour autant informés lors de l’achat, sans parfois très difficiles à désinstaller. On peut parfois les désinstaller complètement (sans nécessairement contrôler que certains fichiers ne restent pas présents sur le système pour raison x ou y), mais on peut le plus souvent uniquement les “désactiver”, donc supprimer leur icône dans le lanceur d’applications sans pour autant qu’elle libèrent de l’espace de stockage.

Débloater son smartphone revient donc à forcer la désinstallation complète de ces applications en augmentant ses droits sur le système (root).

Lorsque vous achetez un smartphone de la marque Apple, un iPhone donc, personne d’autre qu’Apple n’y a touché. Cet aspect peut malgré mon paragraphe précédent vous paraître anodin mais ça pose un vrai problème de sécurité des données.

Donner accès au smartphone à la sortie de la chaîne de production à un acteur tiers afin qu’il y insère des logiciels, peu importe les partenariats en place, peut mener à de mauvaises surprises. On a déjà eu le cas avec plusieurs smartphones sous Android, au rapport qualité/prix très intéressant, avant que l’on découvre qu’ils sont aussi de parfait outils pour remonter des informations privées comme votre position géographiques et vos habitudes de déplacement, les applications que vous installez, ou encore le temps que vous passez sur celles-ci : c’est ce qu’on appelle le Phoning Home.

Ces informations sont ensuite revendues à des sociétés de ciblage marketing qui rendent vos publicités drôlement pertinentes. Apple n’est bien sûr pas en reste quant à ce genre de pratique. Il est aujourd’hui évident que tous les appareils connectés à Internet que vous utilisez transmettent aujourd’hui des données.

Il y a néanmoins une différence entre acheter un smartphone à une société et accepter que ses données soient utilisées par cette société, et acheter un smartphone à une société en transmettant d’emblée ses données à une dizaine d’autres sociétés parfois douteuses.

Apple propose donc avec son iPhone une expérience utilisateur idéale en ne proposant que le stricte minimum. Les applications pré-installées sont les applications Apple dont vous pourriez avoir besoin et une simple pression longue permet de les désinstaller complètement cette fois. Les applications Apple, d’ailleurs, sont souvent les meilleures. Téléphone, calculatrice, appareil photo, Apple a souvent été à l’initiative du design de nombreuses applications que vous utilisez aujourd’hui. Certaines applications n’ont d’ailleurs pas encore trouvé d’égal comme par exemple Facetime ou iMessage.

Le système d’exploitation Apple est souvent recommandé aux novices ou seniors par exemple car sa construction rend son utilisation infantile. Donnez un iPad à un enfant de 5 ans et en quelques jours, il aura assimilé la majeure partie des choses qui l’intéressent. Donnez-lui ensuite un iPhone et il aura la même aisance de contrôle. Donnez une tablette Android à un enfant, et il risque soit de s’arracher les cheveux soit de devenir ingénieur en informatique.

Apple a également été le premier à proposer un réel écosystème applicatif au sens où on l’entend aujourd’hui, c’est à dire en termes de trans-opérabilité. On peut depuis longtemps lancer une application iPhone sur iPad et utiliser de manière fluide un iPhone et un Macbook en répondant par exemple à ses appels ou ses messages directement depuis ce second. Soyons clairs : des alternatives existent sur Android mais elles ne sont pas fournies par défaut et demandent donc installation, configuration, et ne fournissent souvent pas une expérience aussi fluide que ce que propose Apple.

Apple a souvent été critiqué pour proposer un système d’exploitation trop fermé qui ne permet pas assez de customisation. De nombreux hackers se sont amusés, au fil des iPhones, à proposer des solutions pour les jailbreaker, c’est à dire flasher le système pour gagner le droit d’effectuer certaines modifications ou d’installer certaines applications non-autorisées par Apple. Informatiquement cela s’explique parfaitement : on limite comme dans tout système les droits d’accès de l’utilisateur pour restreindre les possibilités d’intrusion et de défaillance de sécurité.

Si vous souhaitez faire plus de choses avec votre iPhone, ce sera au prix de la sécurité de vos données, que vous décidiez de le jailbreaker, ou de ne pas opter pour un iPhone mais plutôt pour un smartphone sous Android.

Apple est plus sécurisé qu’Android

C’est un fait. Apple a su démontrer au fil des années que la sécurité des données et de l’appareil en lui-même était pour eux une priorité. Apple a souffert d’une très mauvaise publicité en août 2014 lors du Fappening, cet événement durant lequel plusieurs dizaines de comptes iCloud de personnalités publiques, notamment des actrices de cinéma américaines, avaient été piratées.

Des centaines de photos et vidéos compromettantes s’étaient aussitôt retrouvées éparpillées sur Internet sur des dizaines, des centaines, des milliers de forums et de sites différents. Alors que tout le monde criait à la faille béante de sécurité, une enquête a par la suite révélé qu’il s’agissait d’une campagne de phishing organisée dans le but de piéger le plus de personnalités possibles.

Apple a néanmoins à la suite de cet épisode renforcé la sécurité d’iCloud, et s’illustre depuis dans le domaine de la sécurité, notamment en fixant de plus en plus vite les quelques failles de sécurité découvertes par de talentueux hackers, ou encore en empêchant même le FBI d’accéder aux données des iPhones.

Apple a également été l’un des premiers fabricants de smartphones à proposer un capteur d’empreintes, avant de l’abandonner quelques années plus tard pour la reconnaissance faciale en 3 dimensions, jugée plus sécurisée par de nombreux experts à travers le monde. Les smartphones sous Android proposent eux encore quasiment tous des capteurs d’empreintes, plus facilement falsifiables qu’un visage en 3 dimensions, et Apple a clairement une longueur d’avance à ce sujet.

Des composants à la pointe de la technologie

L’iPhone XS est aujourd’hui l’un des smartphones les plus puissants disponibles sur le marché. Il a en tous cas le rapport hardware / software le plus impressionnant, puisque sa fiche technique, aussi peu impressionnante soit-elle, lui permet de souffler la plupart des smartphones concurrents lors de tests de rapidité. Le processeur A12 de l’iPhone est aujourd’hui supérieur aux fleurons de ses concurrents, comme le Kirin 980 de Huawei ou encore le Snapdragon 855 utilisé notamment par Samsung.

Apple fait mieux, avec moins.

Apple s’illustre également depuis l’iPhone X avec l’un des meilleurs appareils photo équipant aujourd’hui un smartphone. Dans le classement proposé par l’excellent DXOmark, l’iPhone XS est classé deuxième meilleur photophone du classement devant le HTC U12+ et juste derrière le Huawei P20 Pro. Avec la sortie du Huawei Mate 20 Pro au moment où j’écris cet article, l’iPhone XS sera certainement poussé au rang de 3ème meilleur photophone du marché, mais parle tout de même d’un téléphone, qui prend d’excellentes photos. Plusieurs sites spécialisés font d’ailleurs l’éloge de l’appareil photo de l’iPhone XS et notamment en vidéo.

L’écran de l’iPhone XS a quant à lui été qualifié comme le meilleur écran de smartphone qu’ils aient eu l’occasion de tester par DisplayMate, spécialistes indétrônables de l’écran peu importe ses dimensions. L’écran OLED de l’iPhone est lumineux, correctement contrasté, et parfaitement calibré.

Le meilleur marché d’accessoires

Allez dans n’importe quelle boutique spécialisée près de chez vous et demandez un accessoire pour un Huawei Mate 20 Pro, un Xiaomi mi8 lite ou encore un HTC U12+. Si vous avez de la chance, vous tomberez sur un vendeur compétent qui connaîtra ces téléphones et vous renverra vers une boutique en ligne ou le site du constructeur.

Faites la même chose avec un iPhone et vous aurez au minimum des coques et des protèges écrans pour les deux ou trois derniers modèles en date. Les fabricants d’accessoires ne jurent que par l’iPhone car les personnes qui possèdent un iPhone sont connus pour être de plus grands consommateurs.

Un iPhone, c’est juste trop cher

Si vous demandez à quelqu’un pourquoi elle n’a pas opté pour l’iPhone pour son dernier achat, elle vous répondra le plus souvent que c’est juste parce que c’est trop cher. Ce constat était valable il y a encore quelques années lorsque certains smartphones Android proposaient, pour un prix beaucoup plus intéressants, des prestations très proches de l’iPhone. Aujourd’hui, un Huawei Mate 20 Pro coûte 999€, et un Samsung Galaxy Note 9 coûte 1009€, et un iPhone XS coûte 1155€.

Pour 150€ de plus, vous avez tout ce dont j’ai parlé dans cet article.

J’aurai aussi pu parler de :

  • Un bouton physique pour mettre le téléphone en silencieux
  • L’écran Retina dont la définition est impressionnante
  • Un form-factor idéal et agréable à manipuler
  • Un marché d’applications qualifié et contrôlé par Apple
  • Un port lightning reversible alors que le Type C devient à peine la norme sur Android
  • Une meilleure valeur de revente que ses concurrents

Mais bon, je pense en avoir déjà dit assez.

  • Partager