Pourquoi il faut arrêter le bodyshaming

Posted on

J’en ai marre de vos remarques et il était temps de faire un article pour vous expliquer pourquoi vous ne devriez pas critiquer une personne sur son physique.

Quel est le but de cet article ?

Âmes sensibles, s’abstenir. Cet article a pour objectif de mettre en exergue les problèmes relatifs aux différentes remarques que vous énoncez chaque jour à l’encontre de vos proches, vos collègues, vos connaissances, ou même des personnes qui vous sont pourtant inconnues sur leur physique. Reprenons les bases et voyons pourquoi vous avez tort, peu importe ce que vous dites.

Prenez une tisane et baissez la luminosité de votre écran

Cet article est ce que l’on appelle plus communément un billet d’humeur, voire un coup de gueule. Il est évidemment rédigé aux premier degré et je sourcerai mes propos afin que vous puissiez vérifier l’objectivité de mes affirmations. J’espère que vous en comprendrez le message, positif, et que vous saurez en tirer les enseignements nécessaires à appliquer dans votre comportement quotidien.

LE BODYSHAMING

Le bodyshaming est un anglicisme, combinaison de body, corps, et de shame, honte. On pourrait le traduire plus longuement en français par “faire ressentir la honte à une personne à cause de son apparence physique”. Et nous allons le voir ensemble, le critère le plus souvent utilisé pour arriver à cette finalité est le poids.

FAT BODYSHAMING

Les premières victimes du bodyshaming sont les personnes ayant une forte corpulence. Qu’elles aient des formes trop avantageuses ou un réel surpoids, les remarques vont bon train. Mais lorsque vous faites une remarque à une personne qui vous parait être en surpoids (car nous verront plus loin que les formes ne sont qu’une apparence), vous oubliez de prendre en compte un grand nombre de paramètres qui font de vous une personne horrible.

Pensez-vous réellement que la personne que vous visez par vos remarques nauséabondes est en surpoids de son propre gré ? Il existe des dizaines de raisons pour lesquelles une personne peut être amenée, dans sa vie, à être en surpoids. Traitement médicamenteux, maladie physique ou mentale, état de dépression, prédispositions génétiques, tant de critères qui ne vous traversent même pas l’esprit quand vous insultez derrière votre écran quelqu’un de “grosse vache”.

De plus, selon quels critères jugez-vous qu’une personne est en surpoids ? Ah, vous avez l’air bien bête, hein…

SKINNY BODYSHAMING

Les personnes en surpoids ne sont pas les seules à être concernées par le bodyshaming. Les personnes en déficit de poids sont aussi très largement visées par des remarques qui n’ont pas plus de sens que celles précédemment citées, et les causes de cet aspect physique peuvent être tout autant variées.

Oseriez-vous reprocher à une cancéreuse de ne plus avoir de cheveux ? Pourriez-vous critiquer un grand brûlé car il a des séquelles de son accident sur le visage ? Il en va de même pour les personnes maigres : elles peuvent vouloir être comme vous, mais n’en ont peut être pour l’instant ni l’envie ni les moyens (au sens physiologique du terme).

VOUS AVEZ TORT PEU IMPORTE CE QUE VOUS DIREZ

Il existe deux notions aussi répandues que fausses que l’on retrouve souvent lors des discussions sur le physique : l’IMC et le poids de forme. L’IMC, pour Indicateur de Masse Corporelle, est censé donner une indication quant à un statut d’anorexie ou d’obésité. Il en va de même pour le poids de forme qui est censé être le poids que vous devez faire pour que votre corps soit en bonne santé.

Vous allez de ce pas jeter l’IMC à la poubelle et ne plus jamais en parler. Cet indicateur est reconnu par tous les spécialistes comme peu fiable et trop vague. Pour ce qui est du poids de forme, c’est un indicateur pertinent pour les personnes sédentaires et sans condition médicale particulière mais dont l’indication doit être prise sous forme d’intervalle et non de valeur précise.

Selon les calculs que l’on trouve sur Internet, si je suis un homme qui fait 1m80 alors mon poids de forme est égal au reste de la soustraction du mètre de ma taille, soit 80 kilos. Si on souhaitait se baser sur cet indicateur, il faudrait en fait le prendre à + ou – 15 kilos pour qu’il soit représentatif d’une certaine réalité, avec encore une fois de nombreux facteurs à prendre en compte.

Comme je le disais plus haut selon votre état de santé, vos prédispositions génétiques et de manière globale la composition de votre corps ces chiffres ne voudront plus rien dire. Masse grasse, masse hydrique et masse osseuse sont par exemple mélangés dans l’IMC comme si leur impact sur la santé était identique. Si je fais de la rétention d’eau, j’aurai un poids plus important qu’une autre personne sans cause sur ma santé. Idem si j’ai une ossature lourde du fait de la riche composition de mes os, je ne suis pas pour autant un “gros”. Et en ce qui concerne la masse grasse, plus les années avancent et plus on se rend compte que c’est un faux problème : une personne avec une important masse graisseuse peut avoir un coeur et des muscles plus puissant qu’un athlète “maigre” (en terme de masse grasse) et il n’est pas judicieux de considérer ce paramètre, sauf dans certains cas précis.

Votre corps n’est qu’une coquille, l’important est-ce qui se passe à l’intérieur. Peu importe que la société vous considère trop gros ou trop maigre, tant que vous analyses médicales vous disent en bonne santé.

LE PROBLÈME DU BODYPOSITIVE

Vous pensiez que mon raisonnement me mènerai doucement au concept de bodypositive, n’est-ce pas ? Cette tendance qui est de dire que tous les corps sont beaux et qu’il ne faut pas se soucier de son apparence physique ? Si c’est le cas accrochez-vous, vous allez vite déchanter.

LE SURPOIDS PEUT ÊTRE UNE MALADIE

Si vous n’avez pas de prédispositions génétiques ou de limite en terme de durée à un état important de surpoids, alors vous êtes obèse, c’est une maladie et il serait dangereux de ne pas le reconnaître. Il suffit d’un simple passage chez le médecin pour qu’il détermine si vous êtes ou non en situation d’obésité et si c’est le cas vous indique les pathologies dont vous pourriez souffrir à moyen terme. Gêne respiratoire, problèmes cardiaques, douleurs musculaires et articulaires, tant de maux que je ne souhaite à personne.

C’est une raison de plus pour cesser les remarques sottes car les personnes identifiées médicalement comme obèse ont déjà du mal à vivre avec leur surpoids et les symptômes qu’il provoque, n’ont rien à gagner de se faire insulter sur les réseaux sociaux.

LE DÉFICIT DE POIDS EST UNE MALADIE

Encore une fois, il en va de même pour les personnes trop maigres. Un déficit calorique entraînant une trop forte perte de poids mène à l’anorexie. Fatigue, affaiblissement rapide du système immunitaire, facilité à se blesser, lourd état de dépression, et j’en passe. Tant de symptômes graves qui eux aussi se passeraient de remarques.

LE BODYPOSITIVE N'EST PAS UNE FINALITÉ

Si je parle également du bodypositive dans cet article c’est que cette pratique a aussi ses risques et ses limites. Voir des filles maigres s’encourager à se faire vomir sur Instagram et des filles en surpoids s’encourager à manger sans limite sans réagir c’est encourager l’apparition et le développement d’un comportement de négligence et d’insouciance face à sa propre santé et c’est GRAVE.

CONCLUSION

LES MOTS ONT UN SENS

La France, pays des lumières et de la langue de Molière, n’a que ses yeux pour pleurer en voyant tant de haine déferler sur les réseaux sociaux lorsqu’il s’agit de bodyshaming. De plus en plus jeunes, les gens se critiquent ouvertement sur les réseaux sociaux sans comprendre que les mots qu’ils prononcent ont un poids et que ceux à l’encontre de qui ils sont prononcés n’ont pas toujours les épaules pour les encaisser.

Tristesse, dépression, voire suicide. Voilà ce que peuvent provoquer vos remarques intempestives au sujet du physique des gens, quelles qu’elles soient.

VOTRE PAROLE N'A AUCUNE VALEUR

Et si quand bien même cet article ne vous avait pas ouvert les yeux sur le fait qu’il est important de vous taire, comprenez que vos remarques aussi construites soient elles n’ont aucune valeur.

Vous n’êtes ni médecin, ni nutritionniste, ni cardiologue, ni ostéopathe, ni kinésithérapeute. Insulter quelqu’un de gros sur Internet est un jugement de valeur infondé et dénué de toute objectivité. Vous serez toujours le gros de quelqu’un, le petit de quelqu’un, alors autorisez-vous au moins à n’être le con de personne.

  • Partager