Fitness

Fittea x Julinfinity : La goutte d’eau qui a fait déborder le thé

0

Si collaborer avec des blogueuses peut s’avérer pour les marques être un investissement plus que rentable, le retour de bâton est parfois sévère. Fittea en a fait la dure expérience, fruit d’une RP digitale catastrophique lors de leur collaboration avec la blogueuse Julinfinity, dont j’ai décidé de conter le récit. En bonus de fin, je vous donnerai mon avis sur Fittea.

Cet article est issu d’une vision totalement subjective de la relation entre l’agence The Influencers, représentant la marque Fittea, et de l’influenceuse Julinfinity. Je ne critique en aucun cas l’un ou l’autre de ces acteurs mais bien cet échange précis. Je ne juge pas non plus ceux qui ont collaboré avec Fittea, toute marque a eu sa période controversée. Enfin, mon avis ne regarde que moi, libre à vous d’y adhérer ou non.

FITTEA / FITVIA

Fitvia, ex Fittea, est une marque qui propose un ensemble de thés et de kit en permettant sa consommation. Prônant un “mode de vie sain”, Fittea est notamment la coqueluche des fitgirls, arrosées à grand coups de partenariats, et est aujourd’hui l’une des marques la plus représentée sur Instagram en France dans le domaine de l’alimentaire dédié au fitness.

BUT FIRST, UN PEU DE LECTURE

Avant toute chose, et si vous souhaitez pleinement profiter de cet article, je vous invite à lire le thread Twitter qu’a posté Julinfinity en date du 29 juillet 2017 et qui retrace toute l’histoire.

Outhman BADISSI on Twitter

️Vu que Twitter a craqué le thread de @julinfinity_ , je me suis permis de le recomposer. Internet never forgets https://t.co/pyTXAplFBT

C'EST L'HISTOIRE D'UNE RP UN PEU TROP DÉTENDUE...

Ayant été agent de blogueuses, ayant moi-même des tâches de RP digitales dans l’agence dans laquelle je travaille et connaissant bien la blogosphère de par le fait que je tiens un blog depuis plus de 9 ans, j’ai déjà commis toutes les erreurs possibles et imaginables en termes de relations presse digitale. Mais j’ai été étonné que la personne chargée de la relation avec Julinfinity ait enchaîné autant de boulettes en si peu de temps. Si vous avez à faire de la RP digitale avec des influenceurs dans les semaines qui viennent, voici une petite checklist qui vous sera utile :

  • Si vous ne voulez pas que vos termes soient discutés, imposez un contrat. Un influenceur dispose le plus souvent d’un statut autoentrepreneur, d’une SA/SAS ou même parfois d’une SARL. Ne craignez pas la mise en place d’un contrat standard qui pose les droits et les obligations du partenariat que vous souhaitez mettre en place. Les influenceurs en apprécieront la clarté et ne pourront pas revenir sur les closes d’un contrat pour lequel ils se sont engagés.
  • Si vous n’établissez pas un contrat, inutile de vous plaindre. Lorsque vous n’établissez pas de contrat préalable, vous n’avez aucune couverture juridique et faites totalement confiance à l’influenceur. C’est bien évidemment une bonne chose mais si le dit influenceur esquisse de nouvelles règles dans votre partenariat, vous ne pouvez en vouloir qu’à vous-même même si vous auriez envie de crier à la mauvaise foi.
  • Établissez un suivi rapproché. Comme un client, un partenaire, un fournisseur, l’influenceur avec qui vous travaillez n’est autre qu’un acteur qui intervient dans la synergie de votre marque. Si vous ne vous assurez pas que cet acteur est dans de bonnes conditions pour accomplir les closes de votre partenariat, vous avez perdu d’avance. Envoyez des emails, passez des coups de fils, laissez des messages, suivez les colis, vous passerez pour des pros et gagnerez en crédibilité.
  • Réagissez, vite. Vous êtes au titre d’agence de RP garant de la notoriété de la marque pour laquelle vous collaborez. En face d’un problème, ne laissez pas le temps au temps mais réunissez tous les éléments nécessaires pour le résoudre. Je ne dis pas non plus qu’il faut céder à tous les caprices, mais qu’il faut assurer et respecter avec toute la pugnacité qu’il se doit les termes du contrat qui vous concernent.
  • Enfin, ne prenez pas les influenceurs pour des prunes. Certaines marques en arrivent aujourd’hui à croire qu’un influenceur est un adolescent de 15 ans qui tournent des vidéos dans sa chambres avec un iPhone. On parle de sociétés, de réels médias, qui sont capables de booster votre ROI comme de détruire la réputation de votre client. Une fois une erreur commise le rétropédalage est intense et douloureux.

MAIS LE COTE INFLUENCEURS N'EST PAS TOUJOURS TOUT ROSE

S’il est facile de s’en prendre à l’agence, n’oublions pas que parfois, les influenceurs ont aussi leur part de responsabilité. Influenceurs, si vous monnayez votre audimat via un statut d’autoentrepreneur ou une société, vous devez agir comme tel. Voici à nouveau une checklist de “cas d’école” rencontrés au fil de mes échanges avec des influenceurs :

  • Répondez aux marques, si possible rapidement. Certains influenceurs pensent que répondre au marque un mois plus tard en prétextant une surcharge de travail les fera passer pour des stars du web. Il n’en est rien, ça laisse plutôt transparaître votre manque de professionnalisme. Si vous prenez des vacances, un petit mail de retour accusant bonne réception du mail et indiquant votre date de retour est toujours judicieux. Le simple fait d’accuser réception d’un mail, même pour le gérer ultérieurement, rassure et vous crédibilise.
  • Respectez vos engagements. Si vous vous engagez à rédiger un article ou à publier une photo, faites-le. Il est très facile d’être blacklisté par une agence ou par une marque et il ne faut surtout pas croire que vous en ferez un problème isolé. Ne pas respecter vos engagements, surtout dans le cadre d’un contrat écrit, vous expose au non-paiement de votre prestation, voire à des poursuites dans les cas les plus graves.
  • C’est aussi à vous de prendre les devants. Si vous doutez de la qualité d’un partenariat, refusez-le. Si vous avez peur que l’agence / la marque ne respecte pas ses engagements, imposez un contrat. Vous avez peur de ne pas être rémunéré ? Demandez un acompte. Il est faut être prévoyant et anticiper au mieux les craintes que vous pourriez avoir durant la collaboration.

ET FITTEA, J'EN PENSE QUOI ?

Faire croire à toute une communauté qu’un thé va vous faire atteindre “la plénitude de votre potentiel intérieur”, c’est digne d’Herbalife et pour le coup, c’est prendre les gens pour des cons. Des gamines de 15 ans vont aller se shooter au thé à longueur de journée (Fittea précise discrètement “un verre par jour”, ouf) pensant qu’elles vont instantanément réduire leur taux de graisse, raffermir leurs cuisses, et en plus atteindre la plénitude de leur potentiel intérieur (lol). Ce qu’elles vont surtout atteindre c’est la plénitude de leurs maux de ventre lorsque la surconsommation de caféine / théine contenus dans le thé auront eu raison de leur système digestif.

Je ne parle même pas du prix de ce thé car, aussi bon et parfumé soit-il, vente des mérites atteignables avec n’importe quel autre thé de qualité que vous trouverez dans le commerce. Le poids des sachets n’est d’ailleurs précisé nulle part, histoire de ne surtout pas comparer son prix à ceux du marché. Quand une marque pousse un produit unique et vous en parle comme la solution à tous vos problèmes, méfiez-vous en. Le thé, notamment vert, même s’il aide à brûler les graisses, doit être consommé dans le cadre d’une alimentation équilibrée et au sein d’un régime spécifique associé à une activité sportive fréquente afin de réellement être efficace sur de la perte de graisse, ou de poids. Informez-vous (bordel !).

Tout est bien qui finit bien. Fittea a reconnu son erreur en avouant ne pas avoir eu connaissance des mauvais agissements de l’agence The Influencers et a réglé la facture qu’elle devait à Julinfinity.

Outhman

Le Meizu Pro 6 Plus : l’alternative idéale

Previous article

La base de son Cabasse Stream Base : la perfection pour votre salon

Next article

Lisez aussi