Test de la Riva S : l’enceinte bluetooth presque parfaite

Posted on

Il y a encore quelques semaines, je ne connaissais que très peu la marque Riva. C’était avant que l’on me propose de tester la Riva S, dernier fer de lance de la marque dans leur gamme de périphériques audio nomades. Sur le papier, la Riva S est déjà un monstre dans sa catégorie. Mais ce n’est rien comparé à ce qu’elle est vraiment. Découvrons-la ensemble.

Un souhait : faire plaisir à vos oreilles

Si la marque américaine Riva Audio n’est pas très connue en France, il faut savoir qu’elle fait un carton aux Etats-Unis. Son créateur n’est autre que Thomas Farr, ingénieur du son, producteur, connue pour sa grande participation à l’organisation du festival de l’Île de Wight en 1970. Pour vous situer la bête, ce festival était encore plus gigantesque que celui de Woodstock. Riva Audio n’est donc clairement pas une marque sortie de nulle part, mais le voeux d’un professionnel du son de rendre possible l’écoute de musique en haute qualité via un périphérique aux dimensions compactes.

Un design et un packaging soignés

Dans la boîte de la Riva S, on retrouve tout ce dont on pourrait avoir besoin pour une enceinte de ce type :

  • Une pochette de transport avec mousqueton
  • De la lecture, pour un démarrage rapide
  • Une prise de terre pour le chargement
  • Des adaptateurs secteurs pour toutes les prises du monde
  • Un câble Jack 3.5 et un câble audio de type connecteur RCA

En ce qui concerne l’ergonomie de l’enceinte, Riva a fait très fort. Que ce soit le poids de l’enceinte, 700 grammes, ses dimensions, 19x6cm ou encore ses formes légèrement arrondies : tout est réuni pour proposer la meilleure expérience nomade et la meilleure prise en main. Le modèle que j’ai reçu allie un plastique solide blanc, une grille de type mesh de couleur dorée et des patins anti-dérapants noirs pour un design soigné qui fait de la Riva S un splendide ornement même lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

Performances audio et autonomie

7 haut-parleurs dont trois actifs de 40mm en façade, quatre radiateurs passifs à double piston sur les côtés et à l’arrière, et une puissance amplifiée de 30 watts répartis sur trois canaux. On dirait que je parle d’une voiture customisée chez Pimp My Ride mais il s’agit uniquement du dispositif Trillium de la Riva S, qui lui permet d’envoyer du son avec une puissance impressionnante.

La Riva S supporte le format AAC, et est bien évidemment compatible avec le codec Bluetooth aptX qui lui permettent d’approcher une qualité de transmission audio proche de la qualité CD (pourvue que la source en fournisse) avec un délai de latence minimal. Autant dire qu’en terme de qualité sonore, la Riva S dépasse globalement la Logitech UE Boom et la Bose Soundlink Mini qui étaient jusqu’à lors mes compagnons de sorties et de soirées. Avec un compte Spotify réglé sur la meilleure qualité ou un compte iTunes récupérant des albums très peu compressés, le son est tout simplement parfait peu importe le genre de musique que vous écoutez.

Pour ce qui est de l’autonomie, Riva Audio annonce 13 heures d’autonomie à 70dB, ce qui devrait largement suffire pour couvrir vos besoins en musique sur une journée ou sur une soirée. À sa puissance maximum théorique de 92dB, la Riva S ne tiendra plus que 6h, ce qui est déjà pas mal et dans la bonne moyenne. La Riva S dispose également d’un port USB femelle qui vous permettra de recharger votre smartphone en même temps que vous utilisez la fonction d’écoute. Cela réduira bien évidemment le temps d’utilisation de l’enceinte, mais peut s’avérer indispensable dans certaines situations.

L’application Riva Audio pour aller encore plus loin

Riva Audio fournit également gratuitement une application, disponible sur iOS et Android, et qui propose quelques fonctionnalités bien sympathiques. Il sera par exemple possible d’activer le mode Phono pour avoir un gain de 9dB si vous la branchez à une platine vinyle, ou encore un mode puissance permettant de gagner uniquement 4dB lorsque vous en avez besoin. Vous pouvez également utiliser grâce à cette application le mode Party pour brancher plusieurs appareils à l’enceinte, ou encore activer le mode Stéréo en combinant 2 enceintes Riva S pour plus une meilleure spatialisation du son.

Petit bémol avec cette application que je n’ai pour ma part pas réussi à faire fonctionner avec mon Honor 7, mais il semblerait que les avis soient plutôt positifs de manière générale, même si certains regrettent quelques bugs. Soyez rassurés, une nouvelle version de l’application est prévue pour la rentrée prochaine.

Un seul talon d’Achile : son chargeur

Si la Riva S est aussi impressionnante en théorie que dans la pratique, elle souffre d’un défaut qui jouera sans doute dans la balance pour certains. Le seul moyen de recharger la Riva S est d’utiliser le bloc secteur fourni. Cela veut dire qu’il est impossible de recharger la Riva S avec un simple câble micro-USB. Oubliez donc l’idée d’emporter avec vous une batterie externe pour prolonger la durée d’écoute, il faudra obligatoirement avoir à votre disposition le bloc secteur et donc une prise de terre.

Ce choix est notamment justifié par la marque par le fait que la tension fournie par un port USB est variable et n’est donc pas à même de charger correctement une batterie sans en altérer les cellules sur le long terme. C’est bien sûr une façon de voir les choses qui tient la route mais je n’ai malheureusement pas en main les éléments techniques ou scientifiques qui me permettraient d’appuyer cette thèse.

Conclusion

Au prix de 250€ en moyenne, la Riva S est un excellent investissement. On a à faire à une enceinte bluetooth très nomade malgré son système de recharge, et qui fournit surtout une qualité audio hors du commun. Elle sera l’allié idéal de vos soirées puisqu’elle suffit largement à ambiancer une grande pièce, mais aussi celles de vos sorties grâce à sa construction solide et sa résistance aux éclaboussures.

  • Partager